MONTAVOIX

Refuge : schuilplaats, toevluchtsoord, vluchtheuvel, schuilhut. Chercher refuge : een schuilplaats, toevlucht zoeken. refuge (Fr.), v.(m.) (-s), (veroud., hist.), 1. wijkplaats; 2. uitwijking. Refuge: (latin refugium) -Lieu, endroit où quelqu'un qui est poursuivi ou menacé peut se mettre à l'abri. -Simple abri ou construction en dur plus confortable. contact: Wim Cuyvers, wimcuyvers@wanadoo.fr

Ma Montagne est ainsi. Attachement au sol et aspiration au départ. Lieu de refuge, lieu de passage. Terre du lait et du miel et du sang. Ni paradis ni enfer. Purgatoire.
Amin Maalouf, Le Rocher de Tanios

CONTENT . CONTENU . INHOUD














- DE WEG NAAR . THE WAY TO . LE CHEMIN VERS
- ERRANCE
- SEJOUR AU MONTAVOIX
- IMAGES
- ZICH ZWIJGEN
-CONSERVER LA MAISON ABANDONNEE . HET VERLATEN HUIS BEWAREN . KEEPING THE HOUSE ABANDONNED
- LANDSCAPES . LANDSCHAPPEN . PAYSAGES
- BEGGING . BEDELEN . MENDIER
- NOUVELLE ECOLE ARCHITETURE
- THANK YOU . MERCI
- MOMENTEN EN RUIMTES
- FLORA - FLORE - FLORA
- REFUGE
- MOMENTS AND SPACES
- PUBLIEKE RUIMTE . PUBLIC SPACE . ESPACE PUBLIC
- INTERIEUR . INTERIOR
- A VENDRE . TE KOOP . FOR SALE
- MARENGO 
- TOPAZ
- MUSHROOMS . CHAMPIGNONS . PADDESTOELEN 

- POOR BEING POOR

MESSAGES ARE NOT IN CHRONOLOGICAL ORDER. PLEASE LOOK ALSO IN THE ARCHIVE  ('ARTICLES PLUS ANCIENS', at the bottom of this page).

INTRODUCTION

Having designed spaces (mainly houses and schools) in which I thought one might be able to think about the fatality – after having walked, forced by protocols, often together with students, through cities after wars or in trauma: looking for public space, as I had realized more and more that only public space can be the existential space that I was aiming for, after having (ab)used art contexts to install public space, as I’m convinced that true contemporary art is public space, now, at this moment, there only remains this one try (it’s not a project), there’s only one - not different from life, to start a refuge in the woods of a mountainous area in the French Jura, next to the city of Saint Claude. At first glance it seems to be an abandoned natural environment but in fact it’s an urban region that is called by investors, developers and politicians: Plastipolis or La Plastics Vallée, where in between the CERN , the worlds largest particle accelerator in Geneva , on the one side and on the other extremity the ITER , the experimental fusion power reactor, in Cadarache a very large stretched out contemporary city is developing as an endless long ribbon city in the valleys from Geneva, over Saint-Claude, Oyonnax, Lyon, Grenoble to Valence, where young active researchers are working in new technologies, and are living in individual houses and spend their spare time on leisure activities in the surrounding mountains.
-The refuge turns out to be the most public building: it’s the only public building that doesn’t have to be accessible for the fire patrol and thus for police forces, the door has to remain open, the door has to turn inwards: it’s an inviting door.
-One will have to walk from and to the refuge.
-The refuge is in no way an institutional, not even an associational project.
-The individuals that live for the time being in the refuge will make a living by working in the wood, they are ‘forestieri’. ‘Forestieri’ is the word that Agamben uses in his original, Italian text for ‘refugee’, ‘stranger’ .
-The ‘guardians’ of the refuge will be young 'criminals'.
-The refuge is not a leisure place.
-I consider the wood, which is next to the city as a contemporary, actual public space.
-Refuge – refugee.
-In the refuge one will ‘talk’ by means of space.
-The building of the refuge is historically called ‘Le Montavoix’: the mountain with a voice.
-Everybody is welcome to help in the refuge.
-Please help the refuge to exist.

ERRANCE

Je crois qu’on peut faire une errance fixe, immobile. On peut être dans l’errance en restant toujours dans le même lieu. Il n’est pas nécessaire de bouger.
Raymond Depardon, Errance, pag. 181.

SEJOUR AU MONTAVOIX



H 692m
46°23'07,7'' N
5°53'36,0” E

Le Montavoix est un refuge de passage gardé, ce qui  veut dire un refuge ouvert uniquement lorsque le gardien est sur place. Le refuge n'est pas accessible en voiture. Le Montavoix est un refuge très simple, très rustique: il n'y a pas d'électricité (seulement deux panneaux solaire pour un éclairage led minimal), il n'y a pas d'eau courante (seulement une source à 150 mètres du refuge). Il y a une cuisine minimale avec une cuisinière à bois (pas de réfrigérateur), une salle à manger avec poêle à bois et un dortoir, non-isolé, non- chauffé pour douze personnes. Il y a deux toilettes sèches. Dans le refuge de secours (un volume de recueil pour abriter les passants en cas d'incendie) il y a deux douches élémentaires: les passants portent eux-mêmes (s’il y en a) l'eau chaude (à chauffer au poêle ou dans des sacs solaires) et l'eau froide, puis descendent l'eau usée vers le système de phyto-épuration; seulement des produits biodégradables sont permis et sont fournis gratuitement par le gardien; le refuge de secours peut également servir à sécher les vêtements mouillés. Le refuge n'est pas un gîte ni une chambre d'hôtes. Le refuge de passage gardé Le Montavoix [la montagne avec une ou des voix] est une partie d’un terrain de 27 hectares qui s’appelle Le Montavoies [la montagne avec des sentiers].

Horaires : Le refuge est ouvert (après réservation) de 17.30h à 9.30h.Normalement le refuge est fermé pendant la journée (maintenance, achats, travaux sur le terrain). Veuillez contacter le gardien, pour d’autres arrangements.
Capacité d'accueil : 12 personnes.
Tarif : 12€ par nuit (taxe de séjour comprise). Sac de couchage d'hiver avec sac à drap: 3,00€ par nuit. Il y a quelques matelas fins disponibles, mais les vôtres sont sans doute moins durs.
Réservations : 0033 (0)6 01 99 38 01 ou montavoix@wanadoo.fr
Accès :  Le Montavoix est proche de la ville de Saint-Claude (39200) dans le Jura Français. Depuis le centre de Saint-Claude prendre la direction de Genève, à Rochefort, à la bifurcation avec le D124 ne pas prendre direction Belleydoux, Les Bouchoux, La Pesse, mais rester sur la D436 et continuer direction Genève, après Rochefort, juste avant un pont de rivière, juste avant un grand tournant prendre le premier chemin à gauche, le chemin part directement dans la forêt. Suivre ce chemin jusqu’au petit pont métallique. Il vaut mieux se garer devant le pont : beaucoup de voitures sont trop basses pour passer sans dégât. Garer la voiture sans bloquer le chemin. Traverser le pont, suivre la rivière sur le chemin en cailloux, après cent mètres prendre le chemin qui monte à gauche, suivre pendant une vingtaine de minutes, traverser un pré (veuillez refermer les barrières si elles étaient fermées). Après le pré prendre le chemin qui part tout droit dans la forêt (ne pas suivre le chemin qui tourne à droite). Montez le chemin, passez sous la ligne de haute tension, continuez encore quelques centaines de mètres pour arriver au refuge. En cas de neige : garer la voiture au stade de rugby (stade de Serger), prendre direction la Fontaine aux oiseaux et suivre direction Le Montavoix.
A prendre :  Bottes en caoutchouc, poncho de pluie, chaussures de marche, sac à dos, pull(s), serviette, brosse à dents, maillot de bain, bonnet, sac de couchage chaud, matelas, lampe frontale.
Pas besoin de prendre : Savon, dentifrice, matériel pour cuisiner, assiettes, couverts.
Repas :  Le gardien cuisine pour vous : il est trop difficile, complexe, dangereux, in-écologique, etc… que tout le monde cuisine séparément sur la cuisinière au bois… Nous mangeons ensemble. Vous payez ce qui vous semble raisonnable. (Il est possible de préparer des picknicks pour le  midi).  






Membres

Archives du blog